Vous êtes ici : AccueilL'AssociationL'édito

L'édito du Père Hervé  Version imprimable

le 21/12/2008

L'édito du Père Hervé

"Si l’Espérance t’a fait marcher…"

L’Avent est, par excellence, le temps de l’espérance. La finalité de l’espérance chrétienne est le Royaume de Dieu, c’est-à-dire l’union de l’homme et du monde à Dieu grâce à un acte de puissance et d’amour de Dieu. La finalité proche que nous indique le chemin est la présence quotidienne de cet amour et de ce pouvoir qui nous accompagnent durant nos activités et nous portent secours au moment où nous touchons les limites de nos capacités.


La justification de l’optimisme est la logique de l’histoire qui se meut jusqu’à sa fin ultime alors que, la justification de l’espérance chrétienne se trouve dans l’Incarnation du Verbe et dans l’amour de Dieu manifesté dans le Christ. C’est ce que nous sommes sur le point de célébrer dans la Nativité de l’Enfant Jésus. Finalement, nous ne sommes pas mus par le succès, la réalisation de nos plans : nous avons l’espérance et nous sommes mus par un don, le don de l’amour qui nous a été fait et qui dépasse de beaucoup nos possibilités. Nous espérons l’intervention de Dieu dans l’histoire, et c’est par le Christ, porteur de l’amour de Dieu, que nous pouvons rencontrer l’amour qu’il a en lui, en sa Personne. Et même, dans une certaine mesure, du côté de « l’optimisme historique », nous n’avons rien à attendre : ce que nous attendons, c’est à nous de le réaliser. Dans le cas de l’espérance, nous voyons qu’elle nous conduit bien plus loin que nos propres possibilités. C’est une espérance en un amour illimité qui est, en même temps, pouvoir.


En premier lieu, saint Bonaventure dit : « […] le mouvement de l’espérance ressemble au vol d’un oiseau qui, pour voler, étend les ailes autant qu’il peut et utilise toute sa force pour les agiter : il est totalement mouvement et ainsi, il monte et il vole ». Espérer, c’est voler. L’espérance exige, de notre part, un effort radical, un effort par lequel tous nos membres se mettent en action pour vaincre la force d’attraction terrestre, arriver jusqu’aux promesses de Dieu et parvenir à la hauteur de notre être.


Par la praxis de la vie, je crois que nous avons tous fait l’expérience du fait que les moments les plus heureux, les plus denses, les plus émouvants dans la vie, se sont déroulés lorsque nous avons dû prendre des risques. Il est beaucoup plus humain de courir des risques dans la vie que de vivre sur pied de garanties et de certitudes. Ce sont ces moments où nous avons dû risquer pour accomplir de grandes choses, qui nous conduisent à la plénitude existentielle.


La seconde considération se rapporte à une intuition de saint Thomas d’Aquin. Il dit que la prière est interprétation de l’espérance, c’est-à-dire que la prière est le langage de l’espérance. Quand nous disons, dans la prière liturgique : « Par le Christ notre Seigneur », nous disons que le Christ est l’espérance réalisée, l’ancre de notre espérance. Quand le Christ nous apprend à prier le Notre Père, il nous fait entrer à l’école de l’espérance. Un homme désespéré ne prie pas parce qu’il n’espère pas. Un homme sûr de lui ne prie pas, parce qu’il a confiance en lui-même et n’espère rien d’autre.


Dans les invocations de la seconde partie du Notre Père, notre angoisse et nos souhaits se convertissent en espérance : le désir de notre bien-être matériel, la paix avec nos prochains, le danger d’être abandonnés par Dieu… Quand tout devient invocation, ce sont des suppliques qui s’ouvrent vers le chemin de l’espérance. Toutes nos angoisses ne sont finalement que la crainte de perdre l’amour et de la solitude qui en découle. Tous nos espoirs sont, dans la grande espérance, dans l’amour illimité du Règne de Dieu ou d’être avec Dieu et comme Dieu, participants de sa nature. Si nous restons seuls avec nos propres forces, nous n’arriverons jamais à remplir un tel idéal. Terminons donc cette neuvaine de préparation à la fête de la Nativité en priant de manière plus assidue et cherchons à donner à l’Enfant Jésus tout notre cœur par l’exercice de la charité. Bon et Joyeux Noël à tous.


Père Hervé Peyrelongue, LC


       

0 commentaire

Nom :
Texte du commentaire :
Recopiez ces lettres :
(Sécurité anti-spam)

           
           

    Les dernières annonces

    • Pas d'information
           
           

    Toutes les annonces

    • Pas d'annonces