Vous êtes ici : AccueilL'AssociationL'édito

Une rentrée  Version imprimable

le 14/10/2018


Au cours d'un exercice de mathématiques au tableau, une erreur fatale s'est glissée dans la démonstration. Et le professeur de trancher : "On efface tout et on recommence !" Signal libérateur pour l'élève interrogé ou pour le professeur qui s'était embrouillé, moment de miséricorde. Passer l'éponge efface les fautes du passé mais il faut s'y remettre sans retomber dans le même panneau. Identifier l'erreur sans s'identifier à elle.

Le seuil d'une "nouvelle année" est un peu cette remise à zéro. On saisit l'occasion de repartir d'un nouveau pas, reposés par ces bains de mer, ces journées de soleil et de calme, motivés par ces activités nouvelles découvertes pendant les vacances, revigorés par l'exercice physique pratiqué, ces excursions en montagne ou ces randonnées à vélo avec ses enfants, motivés par un changement d'école, de parcours professionnel ou ce déménagement qui nous fait arriver incognito dans un nouvel environnement.

L'art d'une nouvelle année est aussi celui de ne pas reproduire les "erreurs" de l'année précédente. De savoir être reconnaissant pour les pas perdus de l'an passé : précieux jalons qui nous invitent à réparer, à corriger, à nous reprendre. Sans tomber dans le ressassement du ratage.

Aujourd'hui, d'un simple clic, on efface plus de données sur l'ordinateur qu'à l'éponge au tableau. Mais, ne le nions pas, on ne repart jamais de rien. Il est sans doute peu glorieux de concevoir l'année qui vient comme une simple correction de trajectoire. Tel est pourtant le prix de la réconciliation avec soi-même et le monde qui nous entoure. Recommencer à partir de rien, ce serait repartir de nulle part. Qui ignore d'où il vient, où il est, ne sait pas où il va. L'oubli n'est pas libérateur, seul le pardon l'est.

Le pardon est comme de la neige. Quand le pardon étend son manteau blanc sur le passé, il n'annule pas les faux pas et les chutes, il commence d'abord à en épouser les traces avant de le faire disparaître sous l'épaisseur de son manteau. Alors, nos "vies" se font pages blanches, prêtes à recevoir la nouvelle trace d'une nouvelle année avec autant de bonheur et de fierté qu'en ont les partisans du ski hors-piste qui n'hésitent pas à braver toutes les difficultés pour laisser une trace unique et magnifique sur un territoire vierge.

Alors, … bonne rentrée !

Jean-Jacques Verniest