Vous êtes ici : AccueilL'AssociationMot du Président

COURRIER DU PRÉSIDENT, EMMANUEL MARFOGLIA, AU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU "CHANTIER"  Version imprimable

le 14/10/2018


Bonjour à tous,

La commission d'hier a levé son interdiction d'exploitation.

Ce sont donc tous nos locaux qui peuvent à nouveau être ouverts au public. Nous sommes en attente du document officiel mais celui-ci fera apparaître déjà l'enjeu suivant qu'est l'accès PMR ainsi que les restrictions légales sur l'utilisation de nos locaux pour des manifestations inhabituelles à leur vocation comme les ventes et les activités artistiques. Les premières devront faire l'objet d'autorisation spéciale à la préfecture, les secondes devront être encadrées par les obligations des activités culturelles sur l'utilisation des matériels non-feu (accompagnés de certificat obligatoire) et par voie de conséquence par l'encadrement d'un personnel habilité.

Cette réouverture ne signifie donc pas le retour à la vie d'AVANT ! Elle est simplement le reflet que grâce aux efforts divers mais en particulier de Thierry, Marc et la société Batiss, nous sommes parvenus à rattraper les retards invraisemblables de notre structure et que nous sommes donc arrivés à faire valider par la préfecture le retour du "Chantier" dans le carcan des obligations légales lui permettant d'avoir son agrément ERP lui assurant ainsi la possibilité d'accueillir du public et de retrouver j'espère son agrément "Jeunesse et Sport".

CECI N'A DONC RIEN DE DÉFINITIF !
C'est l'obligation pour la direction d'imposer de vivre dans les normes légales et obligatoires 

À l'intérieur de ces obligations toute initiative peut être étudiée, à l'extérieur TOUT EST INTERDIT.
C'est comparable au contrôle technique de nos véhicules. Tous les deux ans l'état de ceux-ci est vérifié et depuis peu lorsqu'une anomalie est jugée éliminatoire par les nouvelles normes, le véhicule peut être, par décision administrative, mis à la destruction et donc éliminé du parc automobile.

C'est la réalité du monde d'aujourd'hui et l'esprit de cette logique est exactement comparable à ce qui se passe pour les ERP (Établissements recevant du public).

Il ne m'appartient pas d'exprimer mon opinion sur ces réalités, je ne puis qu'en prendre acte et impulser les nécessaires modifications des habitudes et fonctionnement afin de passer régulièrement et de façon positive les contrôles administratifs.

Mais je ne puis le faire sans le soutien clair de toute l'équipe de direction.

Ainsi j'adresse toute ma reconnaissance à ceux, en particulier Thierry et Marc, qui ont aidé à ce résultat.

Mais le moment est venu de dire clairement à ceux, et ils se reconnaîtront, qui ont émis des doutes, des troubles, des contre-directives, voire passé outre des décisions prises par des actions jugées par eux sans conséquences (répétitions, réunions, etc.), qu'ils ont exposé le "Chantier" à une fermeture définitive !

Il ne m'est plus possible devant l'intérêt supérieur et vital du "Chantier", d'avoir à lutter avec certains (toujours les mêmes) et je pense qu'il est temps d'adopter un comportement responsable et solidaire entre nous afin de porter, soutenir et argumenter les difficultés de la direction auprès de tous nos adhérents qui ne comprennent pas forcément toutes ces contraintes. Il est irresponsable de se faire l'écho de l'inverse des réalités ou de déformer les décisions prises.

Pour votre information, je sors anormalement fatigué de cette période. Je m'étais fixé pour objectif d'inverser la décision préfectorale car je ne suis pas certain que beaucoup aient analysé l'ampleur et l'importance du dossier. Aujourd'hui je vous invite de nouveau à prioriser l'accueil des enfants, à vous battre pour que perdure ce privilège d'avoir la présence du saint-Sacrement dans nos locaux, à retrouver une fierté "Chantier", une ambition "Chantier" à travers le conseil d'animation et le développement des pôles.

En ce qui me concerne je vais par nécessité personnelle, de temps et santé, prendre du recul en continuant d'assurer ce qui est du domaine légal et obligatoire et réfléchir à la sémantique de la présidence du "Chantier". Aussi je redeviens pendant cette période de réflexion un président qui doit retrouver une distance pour laisser ceux qui le souhaitent s'épanouir dans leurs rôles divers au sein de l'association. Je ne souhaite aucun malentendu mais j'estime que la présidence du "Chantier" ne peut qu'être soutenue et portée par chacun et chacune. Ceci n'exclut ni le débat, ni les contre-propositions. Cependant depuis l'absence de la présence historique de l'Abbé, il ne reste que le président, QUEL QU'IL SOIT, pour incarner une autorité qui doit être relayée d'une seule voix par tous ceux qui participent à l'administration et à la direction du "Chantier".

Cette mission ne peut donc supporter une quelconque forme d'affrontement permanent et latent.

Je remercie encore une fois ceux qui soutiennent notre action et j'invite les autres à la réflexion.

De ce jour j'entre dans une période où je vais être spectateur vigilant de toutes les actions que j'espère voir se développer au "Chantier" et n'interviendrai, comme par le passé, qu'en cas d'actions non conformes à nos valeurs éthiques et obligations. De celles-ci, comme du respect nécessaire au maintien à niveau de nos locaux, de nos pauvres finances, et du retour de la cohésion et entraide, dépendront un bonheur et plaisir enfin retrouvés d'être ensemble au "Chantier". Je le rappelle, comme chacun, sans ces plaisirs et bonheur, je m'interroge sur le sens de l'existence même du "Chantier" tout comme de ma présence en son sein. Aussi à notre maxime "Aimons-nous, Aidons-nous" permettez-moi d'ajouter "respectons-nous, apprécions-nous, écoutons-nous", peut-être alors parviendrons-nous ensemble à un renouveau dont le seul but est de transmettre une œuvre chrétienne aux générations futures.

Je vous ferai part de mon ressenti lorsque nous pourrons tirer les bilans de toutes ces actions et vous prie de bien vouloir entendre ce que je vous dis en toute franchise avec tout mon cœur et affection et vous adresse à tous mes amitiés.

Emmanuel Marfoglia, Président du "Chantier"