Vous êtes ici : AccueilLe Blog

Décès  Version imprimable

par Nos Peines, le 27/04/2011

Décès
Andrée Laguette

Anne-Marie Laverdure
Anne-Marie Laverdure nous a quittés dans la discrétion le 22 Mars 2011 à l'âge de 76 ans après avoir mené un difficile combat contre la maladie. Une belle cérémonie présidée par le Père Hervé en l'Église Saint-Eloi dans laquelle la musique a tenu une grande et belle place nous a réunis pour un dernier adieu.

Femme de caractère et de grande qualité intellectuelle elle était discrète (peu de gens savaient qu'elle était Maître de recherches au CNRS) et dévouée. 1er violon dans notre orchestre symphonique, elle en était la plus ancienne membre avec plus de 50 ans de fidélité sans faille et en assurait également la difficile tâche du secrétariat. Elle assurait également la pérennité de rubriques du journal comme les mots croisés, la rubrique nature en collaboration avec Monsieur Lanza, ancien musicien également. Membre du Conseil d'Administration elle n'en était pas moins de service au secrétariat lors de la Vente de Charité. A Jacques Surbeck, son compagnon ; Mes et Mrs Marcel Ratier, Michel Laverdure, J-Philippe Soulacroix, Michel Rondepierrre, ses frères et sœurs ; et toute la famille nous redisons notre peine et l'assurance de notre prière.

Marguerite DESPREZ

Elle est partie sereinement, elle le voulait, usée, fatiguée après une vie dure.
Elle a connu la guerre et ses privations, un mari prisonnier pendant cinq ans, trois enfants à élever, l'ablation d'un poumon qui l'handicapa beaucoup ; pourtant elle ne se plaignait jamais et gardait le sourire.
Puis la famille s'agrandit : les enfants et les petits-enfants autour d'elle la rendaient heureuse. Avec son mari Jean ils travaillèrent au "Chantier" et à Hermancia. Puis Papi Jean est parti, ce fut très dur.
A Thonon-les-Bains elle reprit courage pour gérer la maladie de son fils Bernard. Le corps ne suivait pas, elle ne marchait plus mais l'esprit était toujours vaillant.
Elle sut qu'elle aurait un arrière-arrière-petit fils et décida de lui tricoter un lainage. Elle ne le connaîtra jamais.
Elle ne voulait plus se battre et "se laissa glisser". Elle a attendu que le soleil passe au-dessus de la Dent d'Oche et éclairer sa chambre pour fermer les yeux.
Nous assurons Denyse et José Cormier, Bernard Desprez, Jean-Pierre et Danie Desprez, ses enfants ; ses petites enfants, ses arrière-petits-enfants et toute la famille de notre affection et de notre prière.

Andrée Laguette
Née le 19 décembre 1904 à Paris, nous a quittés le 22 mars 2011. Une longue vie, riche de musique, culture, art, amitié et amour dont elle partageait chaque instant avec son meilleur Ami : Jésus !
Élevée avec Lui, c'est au "Chantier" à qui elle a donné une grande partie de son temps, qu'elle a pu apprendre
aux côtés du Père Poivrel, qu'il ne fallait jamais oublier que "Le Maître reste avec nous" si nous acceptons sa présence. Elle a su faire partager cela à ses enfants, petits enfants, arrières petits-enfants mais n'aura pas eu le temps de le faire découvrir à ses arrières-arrières-petits enfants ! Forte personnalité, elle restera dans les mémoires de beaucoup mais ce que nous retiendrons tous, proches ou non, c'est ce que Francis, un de ses petits fils a dit le jour de sa messe de funérailles : "Quand vous étiez avec elle, vous étiez quelqu'un car elle s'intéressait à vous, ce qui nous permet d'avoir foi en la parole du Christ nous expliquant que nous pouvons Le reconnaître en chacun".
Le "Chantier" comptait tant, qu'elle s'en soucia chaque jour jusqu'à la fin. Partie retrouver "Le Chantier" du ciel, elle participera avec tous ceux qu'elle a aimés à soutenir ceux qui font tout pour que cette œuvre garde la route choisie par son fondateur et ceux qui l'ont suivi depuis le début, comme elle et son mari, Lucien.

Andrée Pouly
Comment évoquer plus amplement la mémoire d'Andrée sans revenir sur la belle cérémonie de ses obsèques, qui comme je l'ai entendu par plusieurs était tout à fait à son image. D'abord l'église de Boubiers qu'elle aimait beaucoup et qu'avec quelques amies elle faisait vivre dans ce petit village ou il n'y a plus de
curé depuis plus de 20 ans.
L'office était concélébré par trois de ses proches avec lesquels elle travaillait au sein de l'église du Vexin sud. Vous ne le savez peut-être pas, mais pendant des années Andrée allait assurer tel ou tel enterrement dans toutes les églises de la région. Ensuite la chorale, sa chorale. Elle l'avait montée et dirigée pendant 15 ans, jusqu'en 2007 et ce jour ils étaient tous venus pour chanter, chanter pour Andrée qui les avait si souvent conduits dans de magnifiques concerts. Je ne peux passer sous silence cet « AVE MARIA », magnifiquement joué à la flûte par Madame Duvauchelle, fille de son ami André décédé il y a quelques années. Enfin la nombreuse assistance, les amis de toujours du "Chantier", du Club de Bridge de Chaumont, les habitants de Boubiers, des villages alentours et tous ses enfants, petits enfants, une belle assemblée, tous profondément recueillis autour d'elle. Je crois pouvoir vous dire qu'Andrée quelque part a aimé, il y avait tant de sincère reconnaissance dans cette émotion qui avait envahie l'église.
Andrée et le "Chantier", c'est une histoire de vie entière. Troisième fille de Robert Mouquet, on peut dire qu'elle était née au "Chantier", en 1933, la même année que nombre de ses amis fidèles : Jean-Louis Jeanneret, Jean Lebufnoir, Charles Blanc, Bernard Legrand, Francis Zamolo, René Azéma……etc. Très jeune elle participe à la catéchèse et accompagne le jeudi pendant des années les petits du patronage au bois Vincennes, car à l'époque, nous y allions tous. Rappelons-nous, Madame Romanet, Monsieur Pasdeloup, Monsieur Gilet, Jacques Ménage et tant d'autres. Plus tard, devenue pianiste, et même professeur, elle accompagne souvent nos messes et le fera par intermittence jusqu'à son installation à Boubiers en 1974, petit village du Vexin Français ou le Grand-père de René était instituteur. Pas uniquement musicienne Andrée a été une grande comédienne, je ne citerai pas toutes les pièces et opérettes dans lesquelles Andrée a joué ou mis en scène, il y en a de mémoire plus d'une centaine. Rappelons nous l'Arlésienne (Alphonse Daudet), Antigone et l'Alouette (Jean Anouilh) et surtout sa dernière les Parents Terribles (Jean Cocteau) avec son ami de toujours Jean Lion, qui lui aussi nous a quittés il y a quelques mois.
Je vais me faire maintenant le porte-parole de tous ceux qui ont mieux connu Andrée. Femme de caractère, d'une grande générosité, elle passait sa vie à rassembler et passer du temps avec ceux qu'elle aimait. Tout d'abord sa famille, elle était si heureuse quand elle pouvait avoir ses cinq filles pour fêter les anniversaires et les grands évènements. Ensuite, ses amis, qu'elle recevait sans cesse. Un déjeuner de 100 personnes après un concert ne lui faisait pas peur et quasiment tous les week-ends de sa vie il y avait du monde autour d'elle. C'était Andrée et je suis sûr qu'en lisant ces lignes, nombreux vont se reconnaitre et se remémorer ces moments de bonheur qu'elle, René et leurs enfants nous ont procurés.
Mon Cher René, Marie-Laure, Claudine, Corinne, Virginie, à la grande tristesse de perdre Sylvie il y a quelques semaines est venue s'ajouter celle du départ d'Andrée, qui portée par sa foi a été pour nous tous un exemple de volonté, de courage ne cédant à la maladie qu'au bout de ses forces. Nous remercions Andrée, "Le Chantier" gardera sa mémoire et vous assure de toute son affection.

Un ancien

Voir toutes les photos

               
       
       
       

Le Blog