Vous êtes ici : AccueilLe Blog

PIERRE BARATHON  Version imprimable

par Nos Peines, le 17/06/2010

PIERRE BARATHON
Encore un de nos footballeurs qui s’en va.

Equipe Réserve 1958
En haut : André Fournier, Victor Zamolo, Michel Rocher, Daniel Carrier , Pierre Barathon,  Yves Trouillard, Philippe Vuillemin, André Hortulany
En bas : Jacky Pavis, Jean-Claude Girard, Pierre Hontoy, Jean-Louis Simonetti, Willy Rouchon

« Pierrot » était venu au Chantier tout jeune, l'apprentissage du foot, il l'avait fait au patronage le jeudi dans la cour du vieux "Chantier" avec les arbres et les cailloux, également dans le passage étroit ou il fallait dribbler en s'aidant du mur.
L'après-midi c'était le bois de Vincennes à pied avec l'Abbé Jean qui bien souvent se mêlait au match le ballon au pied presque dans la soutane, impossible de lui prendre. Puis le retour au "Chantier" ou pour se reposer nous regardions les films de Charlot, d'Harold Loyd ou Laurel et Hardy.
Puis Pierrot rentra dans les équipes de foot pour arriver jusqu'en Réserve ou il fit de nombreuses saisons. A cette époque, l'U.A.C. alignait cinq équipes « Seniors ». Jouer en Première ou en Réserve était un honneur, tous les dimanches, personne ne manquait à l'appel.
L'entraînement regroupait les deux équipes et le dimanche la Réserve jouait en ouverture de la Première contre les mêmes adversaires. Bon nombre de joueurs de Réserve pouvaient jouer en Première selon la forme du moment ou les blessures.
Le fait d'avoir cinq équipes Seniors dont les joueurs avaient entre 18 et 35 ans permettait un brassage des générations et les fidélisaient au "Chantier". Le nombre très important d'aînés en était la conséquence. Malheureusement il n'en est plus de même aujourd'hui.
Arrière droit intraitable, il avait l'habitude de dire : le ballon passe, mais pas le bonhomme ! Un souvenir que l'on se remémore toujours avec plaisir : Un jour, coup-franc au milieu du terrain, Pierrot le tire, la balle rentre dans le but adverse et Pierrot de retourner à sa place en marmonnant : "il faut que je fasse tout dans cette équipe". Mais ses réflexions à l'emporte- pièce n'étaient jamais méchantes et souvent pleine de bon sens.
Après le foot son deuxième grand plaisir était Hermancia, où il passa toutes ses vacances, d'abord comme colon puis ensuite comme S.H.R. (section hors rang), La colonie durait toutes les vacances scolaires juillet-aout. Les plus grands qui travaillaient et n'avaient donc pas autant de congés que les écoliers faisaient partie de cette section ou la discipline était plus relâchée. Les soirées à la Fenière étaient souvent un peu bruyantes obligeant Pierre Cheuton habitant en dessous à monter et demander un peu de calme.
En dehors de ses deux passions Pierrot était dans toutes les activités du "Chantier", rendant service partout avec toute la gentillesse qui l'a toujours animée.
Nous ne l'oublierons pas et nous nous souviendrons de tous les bons moments passés ensemble.

Willy Rouchon


               
       
       
       

Le Blog