Vous êtes ici : AccueilLe Blog

Pierre Morel  Version imprimable

par Nos Peines, le 23/04/2010

Pierre Morel

Pierre MOREL

Le 30 mars dernier, notre ancien, Pierre MOREL, nous a quittés dans sa 88° année. Le Père Hervé et le Père Philippe Maire concélébraient avec deux autres prêtres la belle messe qui nous a permis de
dire au-revoir à notre ami et à laquelle assistaient de nom-breux membres du "Chantier".
Il était venu à 15 ans dans notre « Chantier ».
Sportif, il était devenu professeur d'éducation physique. Ces deux mots avaient un sens pour lui. Il était très conscient de la responsabilité qu'il avait auprès de ceux qui lui étaient confiés. Il devait leur apprendre à tirer le maximum de leur corps, mais aussi à les éduquer.
Pendant longtemps, il a aidé nos jeunes à la gymnastique en collaboration avec Vulgis Tassart. Il leur a transmis la meilleure façon d'évoluer dans les mouvements d'ensemble, avec le maniement du bâton comme cela se faisait à une certaine époque. Quant aux anciens, il les aidait à conserver leur forme à la gymnastique d'entretien.
L'impression que l'on avait, la première fois qu'on le rencontrait, c'était d'être devant un homme strict avec qui l'on ne pouvait se permettre de plaisanter, sur n'importe quel sujet.
Lorsqu'on le connaissait, il était droit, chaleureux et très attentif à vous.
Sa foi chrétienne était très ancrée en lui. Pendant longtemps il a été clerc, puis grand clerc à l'église Saint Antoine des XV XX.
Dès 1937 il était avec nous en colo. Il s'est occupé de la direction de nos colonies de Recloses avec Jean-Charles Genty.
Il a collaboré de longues années à la bonne marche de notre journal comme rédacteur et apportait sa chronique régulière sur des sujets tant religieux que d'actualité.
Il y a 61 ans, devant Monsieur l'Abbé Jean, il s'était uni à Jacqueline LE STER, dont la maman s'est beaucoup dévouée durant de longues années, dans notre « Chantier ».
Jacqueline et Pierre formaient un couple solide, soutenus par une foi commune très forte. Ils n'ont jamais été découragés, même lorsque Jacqueline a connu des ennuis de santé invalidants. Ils assuraient tous les deux.
Ils aimaient se ressourcer à Sainte Anne d'Auray.
Leur fierté, à tous les deux, était leur famille. Ils aimaient faire partager leur bonheur à chaque naissance d'une de leurs arrières petites-filles.
Que Jacqueline soit assurée de notre affection et de nos prières. Que ses enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants soient sûrs que ceux qui ont connu Pierre partagent leur peine.

Jean-Pierre Develay


               
       
       
       

Le Blog