Vous êtes ici : AccueilLe Blog

Naissance au "Chantier" du groupe des CHORUS-BOYS  Version imprimable

par Charles Blanc, le 06/11/2009

Naissance au
De gauche à droite, et de haut en bas : C. Blanc - M. Vancayzeele - L. Girard - R. St-Léger - B. Legrand - R. Forget - F. Zamolo - G. Couly

Pour la fête des Jeunes en Mars, Richard Caramatti avait adjoint à son ensemble musical quelques garçons afin de donner de la voix en interprétant une chanson populaire du moment : "Le barbier de Palerme".
Si ma souvenance est encore crédible, ils se nommaient : Bernard Legrand, Michel Vancayzeele, André Ambidis, Willy Durand, Roland Taccola. Dès ce moment-là, l'idée germa chez Bernard Legrand de constituer un groupe, à l'image des "Compagnons de la Chanson", voire des "Frères Jacques" (avec un talent plus modeste !).
C'est tout naturellement que se regroupèrent autour de lui les habitués du foot, du cercle des jeunes, du théâtre et d'Hermancia.
La toute première équipe se composait de : Guy Couly, Francis Zamolo, Bernard Legrand, Roger Saint-Léger, Michel Vancayzelle, René Forget, Charles Blanc et Roland Taccola. Celui-ci, en partance pour le service militaire, c'est Lucien Girard qui rejoignit l'équipe avec toute sa compétence musicale (et le plus ancien dans le grade le plus élevé !). Jean-Louis Jeanneret apporte son concours au piano et harmonisation, ainsi que Pierre Fiquet, en créant les secondes voix nécessaires. C'est Raoul Rabourdin qui nous donnera notre nom de baptême lors d'une fête de l'AAC.
Les premiers chœurs mis en place furent : "le Général Castagnetas" et "C'est chouette la musique", puis au fil des mois, le répertoire s'enrichit ; "le Galérien", "l'Ours", "les Jeunes années", "Maître Jacques le notaire", "les Footballeurs", "le Bateau-lavoir", "le Coffret", "la Légende indienne", "Dagobert", "les Agents de la circulation", "Dès qu'un petit rayon de soleil"… Le groupe se produisait pour la fête des Rois, des jeunes, du "Chantier" ainsi qu'au banquet de l'UAC où nous reprenions un chant des années 1925-1930 transmis par Charles Legrand : Quand le Chantier ira en Angleterre, Sûrement qu'il vaincra, Il y enverra son équipe première…….."
L'Abbé Jean, un peu septique au départ, nous encouragea vivement et nous fit participer au gala donné au profit des colonies de vacances du Chantier, au cinéma Lyon-Pathé, aux côtés de nombreux artistes de renom, sollicité par Jacques Irsa.
Pour Noël 1953 nous avions préparé deux chants pour la messe de minuit : "Sainte nuit, Douce nuit" et "A Noël sous la neige" dont le parolier n'était autre que Francis Blanche.
L'Abbé Jean nous demande d'auditionner et, à notre stupéfaction (et ignorance liturgique !) nous déclara : "Impossible de chanter une mélodie païenne, du reste très jolie, lors d'un office religieux !". Il voit dans nos regards une telle déception qu'il nous dit avec malice en s'éloignant : "Bien ! alors vous le chanterez avant l'office !".
Guy Couly, parolier du groupe, créa quelques refrains à l'occasion des moments importants de la vie du "Chantier".
Les premiers départs pour l'armée permettent d'intégrer Jean-Claude Roy et Jean-Claude Girard, puis les années 54 et 55 verront la dispersion complète pour un service "long" de 28 mois. Roger Cormier prendra la succession en formant une nouvelle équipe qui conservera le nom et l'esprit en faisant évoluer le répertoire.
Que de souvenirs sont liés à ces soirées de répétition. La recherche d'un mime, d'une situation, engendrait souvent des rires interminables, décibels au maximum. L'humour était de règle et nous restions fidèles à nous-mêmes : les "touche-à-tout au Chantier !".
Un clin d'œil à nos camarades trop tôt disparus : René Forget et Roger Saint-Léger.
A noter, pour l'anecdote : sur la photo, tous les acteurs, sans exception, jouaient en 1ère équipe ou en réserve !
En toutes circonstances, le chant faisait partie de nos activités. Jean Silvagnoli et Marc Rolland avaient d'ailleurs titré une revue pour la fête du Chantier "Chant – chante - chantier".
Plusieurs promotions se sont succédées, assurant la relève qui, hélas, a trouvé son terme.
Alors, ados de maintenant, CHORUS-BOYS en 2010 ? Chiche !


Charles Blanc


               
       
       
       

Les dernières annonces

  • Pas d'information
       
       

Le Blog