Vous êtes ici : AccueilLe Blog

Jean-Marie CHMELEFF  Version imprimable

par Nos peines, le 23/09/2018

Jean-Marie CHMELEFF


Né en 1950, il est rapidement venu au "Chantier". Au fur et à mesure des années, il va suivre le chemin de nous tous : colon, chef de groupe, moniteur adjoint à Hermancia et une année aux Ramières sur la demande de Monsieur l'Abbé. Mais aussi à la Chorale, au Théâtre, et surtout pendant de longues années Tambour-Major.

Il va effectuer son service militaire à la caserne Berthier dans les services "discrets".
Avec son diplôme acquis en IUT Informatique, il travaille dans des Sociétés importantes tournées vers les assurances (Sligos, Aviva) à des postes de responsabilité.

Il rencontrera Myriam Gonin, sœur de Gilles dont il était son parrain de confirmation. Ils se marieront en 1974 et auront deux enfants, Jérôme et Alexandra.

La vie va s'écouler comme "un long fleuve tranquille", mais en 2000 la maladie vient le frapper de plein fouet sous la forme d'une" maladie orpheline" qui ne va plus lui permettre une vie normale, l'handicapant au niveau pulmonaire et cardiaque.

En Août 2017, il était venu passer une journée à Hermancia qu'il n'avait pas revu depuis 35 ans. Malgré ses difficultés il avait tenu à faire un tour de la "Maison", s'arrêtant, un instant, au pied de Notre Dame. Que de choses avaient changées.
Homme droit, discret, fier de la réussite de ses enfants, il nous a quittés trop vite.

*******************************
Adieu l'ami

Beaucoup de souvenirs me reviennent de nos jeunes années ; pas assez cependant.

Jean-Marie, c’était notre copain de colo Ses écussons était cousus sur son pull, les miens sur le sac à dos.
Peu sportif, il excellait dans les disciplines artistiques, chant, théâtre.

Nous avions repris avec les copains, Robert, Patrick, Jacky, Yves, Jacques, Jean-Paul et d’autres, les Chorus boys. Reprenant au début le répertoire de nos aînés, Compagnons de la chanson, Frères Jacques, nous avions évolué vers plus contemporain pour notre génération, Serge Reggiani, les Charlots etc... Il avait une très belle voix de ténor.

On faisait du théâtre, dirigé par Jacques Proteau et ensuite Bernard Fauchon, Coco Develay. Plus la Chorale, les opérettes.

Il avait repris avec prestige et beaucoup d’entrainement la canne de Tambour-Major lors de nos défilés derrière Mr Canet, qui formait les tambours, lui-même ancien Tambour-Major de la garde républicaine, en retraite. Je me souviens aussi nos discussions enflammées en mai 1968 et nos parties de baby-foot non moins enflammées, rue de Bercy. Qu’on a pu rigoler à cette époque.

Je repensais à tout çà lors de la cérémonie en cette fin juillet en écoutant son fils qui lui rendait un affectueux hommage et sa fille, admirable flutiste solo de l’Harmonie municipale qui animait la bénédiction.

Adieu l’ami, nous ne t’oublierons pas.

Dominique

Voir toutes les photos

               
       
       
       

Les dernières annonces

  • Pas d'information
       
       

Le Blog