Vous êtes ici : AccueilLe Blog

Yves Hochedé  Version imprimable

par Nos peines, le 24/09/2017

Yves Hochedé


- Yves et Yvette formaient un couple exemplaire, toujours souriant et avenant. Leur conviction chrétienne était très forte. Toujours ensemble, au travail, pour se dévouer aussi bien que pour leurs loisirs.

Une maxime était apposée sur les murs de notre ancienne grande salle "Ce qui mérite d'être fait mérite
d'être bien fait". C'était la ligne de vie d'Yves.

Charcutier traiteur, il avait une clientèle fidèle qui appréciait particulièrement la qualité de ses préparations. Yvette était à la vente. 

Ils ont beaucoup travaillé pour notre "Chantier" : les repas des jeunes, les fêtes des retraités, des réunions de l'AAC, le réveillon de Noël, nos fêtes des rois pour lesquelles nous avons été jusqu'à 400 convives…

Paroissiens de Saint Antoine ils avaient à cœur également de rendre service pour différents évènements paroissiaux. 

Yves était un grand champion du jeu de dames. Sans être le meilleur il participait quand même chaque année au tournoi international de Cannes et finissait régulièrement à une place très honorable.

Yves était également un champion reconnu de tir à l'arc. De très nombreuses coupes sont là pour l'attester. Distinction suprême il était "Grand Connétable" de la compagnie d'arc d'Andéchy en Picardie.

Yves tu avais toute notre amitié, tu resteras dans nos pensées.

Jean-Pierre Develay


- Nous sommes tous ici rassemblés, autour du Père Henri De Villefranche et du Père Francis De Chaignon, pour témoigner à Yves de l'amour et de l'affection dont nous l'avons entouré au cours de sa vie et pour l'accompagner par nos prières…

Yves est né le 3 juin 1937 à Andechy, dans la Somme, dans la maison familiale de Juliette, Pierre et du petit André. Viendront ensuite Alain, Cécile et Daniel.

Dès son jeune âge, il travaille avec ses parents dans leur épicerie-café-charcuterie avant d'aller, en 1956, servir sous les drapeaux pendant la guerre d'Algérie, où il reste 2 années qui le marqueront…

À son retour, il se marie avec Yvette et ils descendent à Paris pour travailler chez « des patrons » comme disait Yves, avant de se mettre à leur compte avec une charcuterie. Ils font très vite prospérer leur commerce en proposant des plats cuisinés et un service de traiteur. 

La famille s'agrandit avec la naissance de 3 filles, Dominique, Frédérique et Angélique. Yves et Yvette auront à cœur que leurs filles poursuivent des études pour s'assurer un bon avenir, des études qu'Yves regrette de ne pas avoir poursuivies lui-même. 

Ils transmettent leurs valeurs à leurs enfants : la religion catholique, le goût du travail, le sens de la famille et la générosité…

Parallèlement, Yves adopte la passion de son père, le tir à l'arc, et devient capitaine à son tour de la compagnie d'arc d'Andéchy. Il pratique aussi ce loisir à Paris, au Club de l'ACP12, dont le drapeau est visible aujourd'hui. Il atteindra un niveau national et accédera plus tard au titre de Connétable.

Parmi ses autres passions, citons les collections de pièces, la pratique du jeu de dames à un niveau international, et les fables de La Fontaine, qu'il récite par cœur, jusqu'à ses derniers jours…

Parisien durant 55 ans, Yves reste attaché à sa terre natale en Picardie et à ses origines flamandes. Il retourne très régulièrement voir sa famille à Andéchy et visiter son bois. Il est fier d'être "un Hochedé" et a à cœur de transmettre à ses filles l'histoire de sa famille…

Profondément croyant et pratiquant, il fréquente la paroisse Saint Antoine ainsi que le patronage du "Chantier", où il s'investit en tant que bénévole et y passe de nombreux moments heureux…

Il dit lui-même qu'il n'a jamais manqué une messe de sa vie, même au cours de ses voyages au bout du monde ! Il se propose volontiers pour les lectures lors des offices.

Rentré à l'hôpital le 1er mai, Yves y a fêté ses 80 ans et ses 55 ans de mariage. Il disait chaque jour qu'il aimait sa femme, qu'il était heureux de s'être marié avec elle, et qu'il aimait ses 3 filles et ses 4 petits-enfants « tous pareils » comme il disait. Sa foi l'a accompagné toute sa vie ; dans ses prières de chaque instant à l'hôpital, son plus grand désir était de voir Dieu.

La leucémie l'a emporté en 3 mois, à l'âge de 80 ans. Yvette, ses enfants et sa famille l'ont accompagné jusqu'au bout. Il est parti paisible, serein et sans souffrances…

José



               
       
       
       

Les dernières annonces

  • Pas d'information
       
       

Le Blog