Vous êtes ici : AccueilLe Blog

Décès  Version imprimable

par NOS PEINES, le 19/01/2014

Simone, épouse de notre ami Claude Robert qui contribue à la réussite de nos spectacles lyriques, a fermé ses yeux en cette fin de Décembre. Nous l'assurons de nos condoléances.

Stéphane Oddon a la grande tristesse de nous faire part du décès de Monique, sa maman, dans sa 74ème année, le 6 Janvier. Nous l'assurons de notre affection et de notre prière.

Notre ami Alain Traca a rejoint lui aussi le "Chantier du ciel" le 21 Décembre. Il était né en 48 et avait participé entre autres aux colos de Recloses et d'Hermancia de 56 à 62. Nous prierons à son intention et celle de sa famille.

LUCIEN GIRARD
« Mes amis la vie est belle malgré les peines qui nous enchaînent… »
Ces paroles du chant que Lucien avait appris aux colons de la 2° section de 1950 à Hermancia, et qu'il affectionnait particulièrement, résonnent aujourd'hui dans le cœur de ceux qui l'ont bien connu, et vécu avec lui une grande partie de leur jeunesse.
Oui, aujourd'hui, tous ses amis sont affectés par son départ. Lucien était le maillon fédérateur des générations du « Chantier », du plus jeune garçon du patronage aux plus anciens de l'œuvre. Pour les plus jeunes, c'était « Lulu » avec beaucoup de respect et d'admiration.
Il a été de toutes les colonies : Juilly, Recloses et Hermancia. Colon, chef d'équipe, de groupe, puis moniteur.
C'était le catalyseur de nos équipes de moniteurs, sachant manier l'humour, calmer les ardeurs intempestives, remettre de l'ordre, avec le sourire, en indiquant le chemin à suivre.
Il fut aussi un précieux collaborateur de Jean Finjan et ne cachait pas son admiration profonde pour l'Abbé Jean.
Passionné de chant choral et de musique, il fit partie des premiers « Chorus Boys » et composa à Hermancia de nombreux couplets pour les revues et feux de camp de fin de colonie.
Lucien faisait partie de l'Artistique en tenant de nombreux rôles et apportait son concours aux opérettes. Footballeur de talent, il était un pilier de l'équipe première durant de nombreuses saisons, où son sens du beau jeu était très apprécié.
Oui, tous ceux qui ont vécu avec lui ces années de jeunesse sont dans la peine, mais son image souriante et sa fidélité en amitié restent un gage d'espérance.
Lucien vouait une grande piété à Notre Dame d'Hermancia et me parlait volontiers de cet instant, si important pour lui, de la prière du soir, face à Notre-Dame sous le ciel constellé d'étoiles.
« In manus tuas Domine, Commendo spiritum meum, Redemistinos Domine Deus véritetis, Commendo spiritum meum »
Salut Lucien !
Charles Blanc


               
       
       
       

Le Blog