Vous êtes ici : AccueilLe Blog

Décès  Version imprimable

par NOS PEINES, le 17/11/2013

Décès
Patrick Berlin

Madame Véronique Thomas vient de perdre sa maman. Nous l'assurons de nos condoléances et de nos prières.

Madeleine, l'épouse de notre ami Roger Chassignol est décédée dans sa maison de retraite de Trouville le samedi 26 octobre. Madeleine et Roger étaient unis par 61 ans de mariage, de labeur et de soucis.
La famille Chassignol a toujours eu un esprit très "Chantier". Raymond, le père de Roger et de Jacques, a beaucoup travaillé pour l'U.A.C. avec Jean Lucas.
À Roger, à Jean-Pierre et Françoise ses enfants et toute la famille, toute notre affection.

Jean-Guy LAMAND est décédé accidentellement le 11 octobre 2013. Il a été inhumé à Sémur-en-Auxois, dans sa Bourgogne familiale.
Jean-Guy, né en 1944, a fréquenté Le "Chantier" dès son enfance. Colon à Hermancia, il s'y forgea, comme nous tous, les anciens, des souvenirs inoubliables et y noua des amitiés qui l'accompagneront toute sa vie. Un temps tenté par les ordres, il étudia la philosophie tout en encadrant le patronage. Il a toujours conduit une vie spirituelle et intellectuelle intense, recherchant cohérence, conséquence et harmonie. Homme de convictions, il savourait aussi l'amicale confrontation argumentée des idées.
Soucieux de conjuguer idéalisme et pragmatisme, il s'orienta vers le droit du travail, comme gestionnaire, puis comme formateur et consultant, poursuivant ainsi son souci.
de l'humain.
Randonneur impénitent, il découvrait la nature, solitaire, en famille ou en groupe. Martine, sa femme, réussit même à l'initier à la mycologie gustative.
Homme d'engagements, de passions, de relations, mais aussi de sélections, il s'investissait partout où il se trouvait, inspiré par ses jeunes années au "Chantier".
À Martine sa femme, à Emmanuel et Benoît ses enfants, ainsi qu'à leurs familles, nous présentons nos sincères condoléances.
Jacques Hausler


Pierre Lacour nous fait part du décès de son épouse Simone. Les obsèques se sont déroulées dans la plus stricte intimité. Nous adressons à Pierre, ainsi qu'à son fils Thierry, nos sincères condoléances et les assurons de nos prières.

Patrick Berlin nous a quittés brutalement en cette fin d'Octobre. Nous étions nombreux, rassemblés au funérarium de Valenton ce Jeudi 31 Octobre pour lui adresser un dernier au-revoir et entourer Jacques le papa, et toute la famille réunie de notre affection et de notre prière.
Patrick,
Tu étais un papa aimant pour Guillaume, Vincent, Nicolas et Eline. Tu étais un parrain attentionné pour Julie et Laurine. Tu étais Tonton Picon, présent pour Jean et Brice, et tous les enfants pour qui tu étais le Tonton de cœur.
Tu avais le sens de la fraternité et de l'amitié. Et par-dessus tout, tu savais transmettre l'Amour, par ta présence et tes actions. Ceux que tu as aimés le savent.
Nous avons grandi ensemble et continué à tisser dans nos familles ces liens qu'avaient commencés nos parents au "Chantier" - merci à eux - depuis nos années aux Ramières et à Hermancia, au bord du lac Léman, comme colons, puis comme animateurs.
Tu aimais la montagne, surtout l'été, les randonnées, les sommets, les chansons et Zermatt en particulier.
On a aussi essayé la montagne l'hiver. Tu y as préféré les raquettes, je n'ai pas réussi à te transmettre ma passion de la glisse. Mais toi, tu as réussi à nous entraîner sous l'eau voir les murènes, les requins, les dauphins et tes préférées : les tortues. Va, petit mergule. Il y a maintenant une place vide dans notre palanquée, mais tu seras toujours près de nous et nos sorties dans l'eau salée n'auront jamais le goût des larmes.
Baptisé Patrick, tout naturellement, tu as eu une sensibilité pour le monde Celte : l'Irlande, son trèfle, ses étendues vertes, sa musique, les fleurs d'Écosse, et ton pays d'adoption : la Bretagne et la ria d'Étel où tu te sentais heureux.
On se souviendra de tes leçons de choses à chaque saison devant les merveilles de la nature, les boutons en fleur, les feuilles ou les fruits. Et ton côté artistique se retrouvait dans chacune de tes créations de paysages.
Tu aimais les bons crus, le houblon et le malt avec modération. Avec toi, nous n'avons jamais laissé leur part aux anges. Mais sans toi, le Picon sera un peu plus amer…
Nous continuerons les barbecues sous la pluie, mais notre table familiale aura désormais un siège vide.
Tout comme au Stade de France et à Jean Bouin… tu vas manquer au Stade Français. Je tente une passe en arrière, mais qui pour reprendre ? Continue à pousser le pack, là où tu es ! Tu seras toujours là pour guider nos efforts.
Si je recroise la Merluche, - qui sait ?, au Sous-Bock -, je lui dirai que son couteau était utilisé par un Homme bien.
Te voilà maintenant près de Jean Bart. Salut à ta mémoire !
Tu étais un peu notre Petit Prince. Tu éludais les questions, tu prenais beaucoup de choses sur toi. On se souviendra de ton rire, et en regardant le ciel, on y verra Notre mouton et Notre rose. « On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux ».
Et je finirai par cette parole : toi qui aimais tant la mer, Tabarly, les bateaux…, nous, tes amis, nous pensons "Tu avais dans le cœur l'amour du large et des grands vents ; on n'a pas de cimetière, on a la mer… et un jour, qui sait, quand la vague nous ramènera une fleur, on comprendra que tu nous laisses un peu ton cœur".
Tes Amis


               
       
       
       

Le Blog