Vous êtes ici : AccueilLe Blog

CIAO BERNARD !  Version imprimable

par NOS PEINES, le 16/09/2012

CIAO BERNARD !
Bernard Rey

Bernard REY
Quand j'ai demandé à Carole, sa fille, ce qui avait le plus compté dans sa vie, elle m'a tout de suite répondu : son travail et le "Chantier".
Monsieur l'Abbé Jean, qui l'appelait "B.rey" (béret), ne s'était pas trompé en l'aidant
à se faire embaucher comme commercial chez Bartissol. Car peu de temps après, il devenait le premier représentant de France dans cette société. Comme cadeau, il avait reçu une magnifique tété couleur qui, à l'époque, nous avait laissé béats d'admiration. Il a d'ailleurs finit une belle carrière comme Directeur Commercial.
"Le Chantier" occupait une place tellement importante dans sa vie qu'il aurait presque regretté d'avoir… une fille. Invité chez lui, le repas terminé, il ne manquait pas de prendre le "petit livre rouge" des chants de la Colo et c'était parti pour : l'Etoile bleue… Flotte petit drapeau… Oh ! France Chérie….et j'en passe. Et bien qu'il ait fait partie des "Chorus Boys" (si…si…) les mauvaises langues disaient qu'il ne chantait juste qu'à partir d'une heure le matin !!! Allez savoir pourquoi ?
Le foot et la gym au "Chantier" bien sûr, mais c'est surtout la « Colo » qui pour lui était la récompense suprême d'une année écoulée. Colon, puis chef d'équipe et enfin chef de groupe, il a franchit tous les échelons hiérarchiques et nous avons même fini ensemble comme moniteur de la première section en 1959.
Bernard n'était pas quelqu'un qui montrait ses sentiments. Surtout à ceux qu'il aimait, ses amis, ainsi qu'à sa femme Suzanne qui aura été l'Amour de sa vie jusqu'à la fin. Elle possédait une petite maison en Italie à Perinaldo. Il adorait y passer les vacances tous les ans entouré d'amis dont nous faisions évidemment partie. Ce qui devait arriver…arriva. Sa fille Carole, rencontra un bel Italien, Fausto, et ils donnèrent naissance à une petite Déana. Il était très fier de sa petite fille qu'il appelait sa « copinette »
Je laisse le mot de la fin à sa fille, Carole :
« Papa était détruit par les épreuves de la vie et son envie de vivre disparaissait au fil des jours. Même sa "copinette" qui avait droit à plus de bisous que moi, même la mer bleue de Menton devant laquelle il mangeait tous les midis, ne suffisaient plus à lui redonner le goût de vivre. Nous sommes restés avec lui jusqu'à la fin, mais Papa aurait tant aimé passer ses derniers instants en compagnie des "Copains du "Chantier"»
Carole, Fausto, Déana, acceptez nos condoléances les plus sincères. Nous ne manquerons pas de lui rendre un dernier hommage avec la présence de tous ses amis dans notre chapelle du "Chantier" pour lui dire : "Allez … ciao Bernard !"

Jean-Claude Mérigot

Monsieur Jean-Luc RANSON est décédé le 28 juin dernier. Nous assurons son épouse et toute sa famille de nos condoléances et de nos prières.

Monsieur et Madame ARNAUD, Clément et Pauline Arnaud, ont la douleur de nous faire part du décès de Mme Arnaud, leur mère et grand-mère. Nous les assurons de nos condoléances et de nos prières.


               
       
       
       

Le Blog