Vous êtes ici : AccueilPastoraleMesses et cérémonies

PELERINAGE DE RECONNAISSANCE A LA BASILIQUE N.D DES VICTOIRES  Version imprimable

le 09/12/2009

Mercredi 9 Décembre, lendemain de la Fête de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, en début d'après midi des enfants, des Jeunes, une dizaine, guidés par Le Père Hervé Peyrelongue, Brigitte Burlet, Béa animatrice du Centre de Loisirs partaient du "Chantier" pour se rendre en Métro à la basilique Notre Dame des Victoires et m'y retrouver sur place ainsi que les Ainés, une quinzaine, venus directement place des Petits Pères devant la basilique. La sœur Marie Brigitte de la Communauté bénédictine attachée au service de ce sanctuaire marial vient nous accueillir devant le porche d'entrée. Elle demande aux enfants quels sont les noms qu'ils connaissent à part celui de Notre Dame des Victoires pour désigner la Vierge Marie. Ils disent : « Sainte Vierge, Sainte Marie, Mère de Jésus, Mère de Dieu ». Les Adultes ajoutent « Mère de l'Eglise ». La sœur nous rappellera également ce titre merveilleux gravé au dessus de la statue dans l'Eglise : « Refuge des Pécheurs ».

 

Puis nous entrons dans la Basilique et nous nous asseyons sur les bancs face à l'autel que surmonte la statue de Notre Dame des Victoires. Sœur Marie Brigitte explique qu'à l'origine se trouvait ici un monastère de religieux augustins vivant simplement selon la Règle de St Augustin et appelés « Petits Pères », nom conservé pour la place devant le parvis. Puis Louis XIII après qu'il eut réintégré à la Couronne de France la Ville de La Rochelle qui voulait faire sécession désira faire construire à cet emplacement une église en l'honneur de Notre Dame dont la première pierre fut bénie par l'archevêque de Paris en Décembre 1629 il y a 380 ans, en voulant remercier La Sainte Vierge de cette victoire préservant l'unité du Royaume. A l'origine une belle statue de Notre Dame de MONTAIGU lieu de Pèlerinage du Brabant Centre de la Belgique où la Vierge s'était manifestée en 1505 était installée dans la chapelle du couvent. Le moine augustin Frère Fiacre en Novembre 1637 voit la Vierge Marie lui apparaitre un enfant dans les bras et lui révéler que c'est l'enfant que la couronne de France espère. Après une prière durant trois neuvaines et 10 mois plus tard Anne d'Autriche le 6 Septembre 1638 donne naissance à Louis. Rentrant d'une mission royale en Italie où il a découvert N.D de SAVONE vénérée comme refuge des pécheurs Frère Fiacre érige une chapelle à N.D des Victoires financée par Louis XIV et ornée d'une statue de la Vierge qui est bénie en Avril 1674. Pendant la Révolution Française en 1796 le couvent est pillé, l'église dépouillée de ses œuvres d'art. En 1809 l'Eglise redevient église paroissiale et la statue de la Vierge Marie et de l'Enfant Jésus que nous connaissons est érigée soit il y a 200 ans. En 1853 le Pape Pie IX en action de grâce pour la délivrance de Rome par les soldats français en 1849 demande que sur la tête de Marie et de l'Enfant Jésus soient posées une couronne qui manifeste la royauté de Marie et de Jésus dans le cœur des fidèles. En 1836 Le Curé de la Paroisse l'Abbé Desgenettes avait consacré sa paroisse au très Saint et Immaculé Cœur de Marie et de grandes grâces en étaient advenues. Il avait créé une Association de prière pour la conversion de tous les pécheurs qui s'étendit dans le monde entier.

 

Sœur Marie Brigitte fait lire aux enfants l'un des 37.000 ex-voto qui couvrent les murs de l'Eglise et expriment la reconnaissance d'un fidèle envers la Vierge Marie pour la prière exaucée. Elle montre aussi les médailles de combattants de la Grande Guerre, Première Guerre Mondiale remerciant Marie de sa protection. Puis sœur Marie Brigitte explique aux enfants que nous avons toujours des batailles à mener et à gagner contre nos tentations de ne pas vivre fidèlement les commandements du Christ dans l'Evangile. Par mille petits exemples comme le refus de rendre service à papa et maman (de mettre la table, faire une course, aller descendre les ordures) de travailler courageusement au lieu de ne penser qu'à s'amuser (faire ses devoirs avec application au lieu de rester constamment devant la télévision ect…) elle fait comprendre que la conscience doit l'emporter dans ces combats.

 

J'explique ensuite aux enfants que le Directeur Religieux du "Chantier" qui avait la même responsabilité que le Père Hervé Peyrelongue actuellement mais qui dirigeait l'œuvre durant la Seconde Guerre Mondiale l'Abbé Jean Labbé avait initié à la Libération de la France en 1945 ce Pèlerinage de reconnaissance envers Notre Dame des Victoires pour la protection des enfants dont il avait la responsabilité pendant cette période difficile où des combats opposaient les combattants français et alliés pour la Libération de la France aux troupes d'occupation et que les membres du "Chantier" l'ont accompli fidèlement chaque année depuis lors pour remercier la Sainte Vierge de la protection qu'elle accorde aux enfants qui fréquentent l'œuvre du "Chantier" tout au long de l'année.

 

Puis à tour de rôle Sœur Marie Brigitte, puis 2 Aînés, puis 2 enfants dirigent la récitation d'une dizaine de chapelet pour méditer sur les Mystères Glorieux. Une sœur bénédictine accompagne de la cithare le chant de l'Ave Maria entre chaque dizaine de chapelet. Nous demandons à Dieu d'augmenter en nous la Foi, le désir et l'espérance du Ciel, l'esprit apostolique pour le faire connaître, la Grâce d'être uni à Lui tous les jours de notre vie et jusqu'en la vie éternelle, la Dévotion en la Vierge Marie qui nous guide vers son Divin Fils. Nous prions pour toutes les familles du Chantier afin que tous connaissent Jésus Christ et soient ses disciples, pour tous ceux qui ont fréquenté l'œuvre afin que où qu'ils soient ils soient unis au Seigneur sur la terre pour les vivants ou dans le ciel pour tous ceux qui sont déjà décédés.

 

Puis les enfants vont avec Sœur Marie Brigitte et l'autre sœur ainsi que Brigitte Burlet et l'animatrice Béatrice dans une salle paroissiale pour rédiger leur ex-voto personnel sur lequel ils écriront leur remerciement à la Sainte Vierge Marie pour un grâce particulière reçue par eux et écriront au dos une demande à Marie pour une « bataille » qu'ils veulent gagner et dont ils Lui demandent de les aider à gagner ce combat, cette « Victoire » contre la tentation de ne pas choisir ce qui est le Bien que le Bon Dieu nous commande pour notre sanctification. Puis ils reviennent déposer cet ex-voto aux pieds de la statue de Marie. Pendant ce temps les Aînés prient en silence devant le Saint Sacrement exposé dans le Chœur de l'Eglise à l'Autel Principal. Tous se retrouvent ensuite devant la Statue de Notre Dame pour dire ensemble cette belle prière de neuvaine inscrite au dos d'une image de Notre Dame des Victoires que le Père Hervé Peyrelongue donne à chacun en souvenir :

 

« O Marie, Toi que Jésus nous a donné pour Mère, vois tes enfants rassemblés autour de Toi à l'aube du nouveau millénaire. Aujourd'hui nous voulons confier à ton Cœur Immaculé l'avenir qui nous attend, te demandant de nous accompagner sur le chemin. Comme l'apôtre Saint Jean, nous voulons te recevoir chez nous pour que tu nous apprennes à marcher à la suite de ton Fils. Obtiens nous, O Mère, par ton Intercession, de vivre tous en frères afin que s'accomplisse la parole de l'Evangile : « Voyez comme ils s'aiment », et que nous réalisions ainsi la pleine mesure de la sainteté à laquelle nous sommes tous appelés ».

 

Nous avons la joie de saluer le Père Bancon, curé de la paroisse, à la porte de l'Eglise près de son bureau d'accueil. Les enfants reçoivent un chapelet de la Sœur qui a aidé Sœur Marie Brigitte. Nous repartons ensuite chacun de notre coté heureux d'avoir présenté à Marie nos remerciements et nos demandes, enfants, Jeunes et Aînés réunis.

 

Paul Roussel


       

0 commentaire

Nom :
Texte du commentaire :
Recopiez ces lettres :
(Sécurité anti-spam)