Vous êtes ici : AccueilEnfants & JeunesCentre de Loisirs

Challenge Paris - Rando  Version imprimable

le 03/04/2019


Ce mercredi le patronage a décidé de faire participer son effectif de 33 enfants avec ses animateurs à la deuxième épreuve de leur challenge Paris-Rando. Une énigme était à résoudre en parcourant l'un des plus beaux paysages du monde (chauvin, nous ?) et en récoltant les indices disséminés sur le chemin nous découvrirons quel évènement historique s'est tenu au Palais de Chaillot, terminus de notre parcours.

Les grandes prouesses technologiques de ces deux derniers siècles sont forcément passées un jour ou l'autre par le Champ-de-Mars ou le Trocadéro, de l'autre côté de la Seine. Le Champ-de-Mars était en effet l'endroit idéal pour y monter des structures temporaires et dévoiler les avancées technologiques réalisées par des pays participants aux Expositions Universelles. 

1878, 1889, 1900 et 1937, quatre dates lors desquelles eurent lieu les plus grandes expositions universelles de Paris. À chaque fois des bâtiments entiers étaient construits et des améliorations techniques étaient apportées à la ville de Paris comme le métro en 1900 ou encore des trottoirs roulants censés se répandre dans toutes les rues de la capitale ! 

Nous sortons du métro à École Militaire et prenons l'avenue qui s'ouvre en face de nous. Un long bâtiment historique se trouve sur la gauche, dont l'une des premières entrées fut conçue pour le passage des troupes à cheval. Ce jeu de piste débute d'ailleurs devant l'entrée principale de ce bâtiment créé par Louis XV en 1751. Sa vocation première était d'offrir une instruction militaire aux jeunes gens de la noblesse désargentée. Une quarantaine d'années après sa création, le général Bonaparte en fit son quartier général : le lieu devint une caserne pour la garde de l'Empereur. Aujourd'hui, le bâtiment est à nouveau le siège de l'instruction militaire en France.

Après le parc, nous préférons à l'allée centrale du Champ-de-Mars le petit chemin sur la gauche qui circule au milieu d'une variété d'arbres et de fleurs colorés et odorants.

Ces agréables jardins ombragés conçus le long de l'esplanade datent du début du XX° s. à une époque où les investissements réalisés pour les expositions universelles avaient considérablement grevé le budget de la ville. Pour renflouer les caisses il fut décidé de vendre des parcelles sur le pourtour du parc, sur lesquelles furent bâtis des immeubles luxueux. À ses débuts, la vocation du Champ-de-Mars était pourtant tout autre : il était consacré aux exercices militaires, et pouvait contenir dix mille hommes rangés en ordre de bataille. 

Après avoir servi à des tests de vol en ballon, il fut le lieu des grandes fêtes et exécutions révolutionnaires. Puis, à la fin du XVIII° s. le premier hippodrome y fut construit. Enfin sous l'ère industrielle, le Second empire choisit cet endroit pour les grandes expositions universelles.

Bâtis pour l'exposition universelle de 1889, qui fêtait le centenaire de la Révolution, la tour Eiffel a été choisie parmi cent sept projets. Son architecte, Gustave Eiffel, dut la défendre bec et ongles face aux nombreux réfractaires. Un manifeste fut même signé par des personnalités des arts et des lettres, traitant la tour "d'odieuse colonne de tôle boulonnée". Gustave Eiffel savait que seule son utilité scientifique pouvait la sauver car, initialement, la durée de vie de la tour devait être de vingt ans. Aussi, dès le début, il installa un laboratoire de météorologie, puis une station de TSF en 1898. La partie fut gagnée quand l'État, visiblement convaincu des avancées scientifiques que l'on pouvait obtenir grâce à la Tour Eiffel, décida de prolonger la concession de soixante-dix ans en 1910. 

La raison principale est que sous le Champ-de-Mars il y a un bunker où, dès 1903, sous la supervision de Gustave Eiffel et du Général Ferrié, on mena les premiers tests des émissions radios militaires pour perfectionner la télégraphie sans fil (TSF), aussi appelée radiotélégraphie, qui joua un rôle très important pendant la Première Guerre mondiale (bataille de la Marne). Ce bunker, maintenant démilitarisé et visitable qu'en de très rares occasions est utilisé pour l'exploitation de la Tour, le matériel de l’époque est quant à lui exposé au musée de la Guerre, aux Invalides.

Après la mort de Gustave Eiffel, la Tour continua d'accueillir de nouvelles installations scientifiques, notamment une station de radio et de télévision en 1925.

Saviez-vous que depuis la Tour Eiffel jusqu'au Louvre, les berges de la Seine sont classées au patrimoine mondial de l'Humanité de l'UNESCO ? Vous apercevrez, depuis ces berges les incontournables bateaux-mouches qui sillonnent le fleuve. 

C'est à l'occasion de l'exposition universelle de 1867 que les premiers modèles firent leur apparition. Pour amener ses clients sur le site de l'exposition, les Grands Magasins du Louvre de Paris constituèrent une petite flottille de trois bateaux-mouches qui navigueront sur la Seine. Un de ces bateaux fut acheté après l'exposition, par un Namurois : M. Ernest Marchal-Gesnot, dans le cadre de la constitution de la S.A. des Bateaux à Vapeur de Namur. Il fut baptisé : "Namur-Touriste". C'est maintenant le "Touriste I" que l'on peut voir amarré le long du quai Churchill à Dinant (à noter que les décorations présentes à l'avant du bateau ont été enlevées).

Et pourquoi, d'après vous, s'appellent-ils "bateaux-mouches" ? Tout simplement parce qu'ils étaient construits dans le quartier de la Mouche, au sud de Lyon.

Nous traversons le pont et rejoignons la place qui porte le nom de la capitale d'un pays d'Europe de l'Est. Devant nous se dresse la colline de Chaillot, son palais et les jardins du Trocadéro

Petit village jusqu'au XV° siècle puis couvent, puis résidence de Catherine de Médicis à la fin du XVI° siècle, la colline de Chaillot abrite à nouveau un couvent en 1651 qui sera détruit à la Révolution. Le site, dont la situation et la vue sont exceptionnelles, devient alors l'objet de toutes les convoitises : Napoléon envisage d'y construire un palais dédié au roi de Rome, mais le projet n'aboutira pas. Finalement, c'est ici que sera construit le palais du Trocadéro pour l'Exposition universelle de 1878. De style mauresque et néo-byzantin, flanqué de deux minarets, il ne fait pas l'unanimité. Comme bien des édifices bâtis à l'occasion d'une exposition universelle, il fut détruit quelques années plus tard. 

Dans les jardins situés sur la droite se cache un aquarium souterrain. Il fut également construit pour l'Exposition universelle de 1878 dans d'anciennes carrières. En 1937, encore à l'occasion d'une Exposition universelle, il fut rénové et orné d'une rotonde. Aujourd'hui, Cinéaqua dispose de trois salles de cinéma et de quarante-trois bassins et aquariums sur une surface de 3500 m2.

Vous vous trouvez ici au niveau du palais de Chaillot – qui était l'entrée de l'exposition universelle de 1937 – construit en lieu et place de l'ancien palais du Trocadéro, dont seules les deux grandes ailes arrondies ont survécu à sa destruction. Lors de l'édification du palais de Chaillot, il fut décidé qu'il fallait un bâtiment plus sobre. En effet, un monument trop "chargé" aurait eu du mal à exister face à la tour Eiffel, il fallait équilibrer, d'où le vide central qui laisse place aux jardins. Les citations qui apparaissent en haut de chaque façade sont signées Paul Valéry.

Le Palais de Chaillot est l'un des rares bâtiments à ne pas avoir été démoli après l'exposition. Aujourd'hui, l'aile ouest abrite le musée de l'Homme et le musée de la Marine. Dans l'aile est, il y a la Cité de l'architecture et du patrimoine et le Théâtre national de Chaillot.

Si le cœur vous en dit, et si la balade ne vous a pas suffi, vous pouvez redescendre dans les jardins du Trocadéro en passant derrière le Palais de Chaillot. Contournez l'aile ouest (sur votre gauche quand vous tournez le dos à la tour Eiffel), rejoignez le début de la rue Benjamin-Franklin. Derrière un portillon vert, un chemin vous conduit près d'une petite cascade et d'un ruisseau. N'hésitez pas à gravir les escaliers après la cascade, ils traversent rochers et ruines avant de vous reconduire au jardin du Trocadéro.

La randonnée s'est passée sous un beau soleil. Les enfants ont bien adhéré à l'énigme et étaient ravis de voir la "Dame de Fer" de si près. La dernière étape est prévue pour fin juin.

Bernard Bérardet


       

0 commentaire

Nom :
Texte du commentaire :
Recopiez ces lettres :
(Sécurité anti-spam)