Vous êtes ici : AccueilPastorale

CONCERT orgue et contrebasse  Version imprimable

le 25/11/2012

CONCERT orgue et contrebasse

Nous sommes heureux chaque année depuis l’inauguration de notre orgue liturgique il y a 24 ans d’honorer Sainte Cécile, patronne des musiciens, et le Christ Roi au moment de leur Fête Liturgique en complément de la messe chantée par notre chorale le matin, par un concert  d’Orgue donné l’après midi dans notre chapelle,

Nous avions la joie d’accueillir cette année Marie-Ange Leurent-Lebrun, organiste à N.D de Lorette et professeur d’orgue, amie de l’œuvre comme son époux Eric, lui-même organiste et professeur d’orgue. Cette année Claire Lebrun, contrebassiste, participait au concert avec sa maman, alternant pièces pour Contrebasse seule ou jouant en duo avec l'orgue, et nous en étions très touchés.

Ce fut d’abord de Pierre Attaingnant (XVIème siècle) le Prélude pour le Magnificat pour orgue. Très colorée, très musicale, très joyeuse, cette pièce ouvrait magnifiquement  le concert.

Puis de Henry Eccles (1670-1742) le Largo de la sonate en sol mineur. Claire nous manifesta par ce morceau majestueux sa grande maîtrise de l’instrument, en nous faisant entendre d’un mouvement approprié de l’archet et du jeu sur les cordes, toute la beauté des sons de sa magnifique contrebasse.

De Michel Corette (1707-1795) Magnificat du second ton. Les mouvements plein jeu, duo, trio, basse de trompette, musette, grand jeu nous captivent. Le duo très enlevé, le grand jeu également très enlevé et très joyeux nous plaisent particulièrement.

De Jean Sébastien Bach (1685-1750) le Choral « Ich ruf zu dir » « Je t’appelle Seigneur Jésus ». « Seul trio du livre d’orgue de J-S Bach il est d’une poignante intensité dans sa simplicité. La voix médiane est une synthèse de l’alto et du ténor, déroulant ses volutes liées en une humble supplication sous la mélodie légèrement ornée du cantique, tandis que les croches régulières du pédalier évoquent le battement d’un cœur inquiet. La contrebasse ponctue parfaitement dans ce même esprit ».

De Johann Ludwig Krebs (1713-1780) Choral « Allein Gott » « Dieu seul ». On comprend la gaité et la joie qui émanent de cette pièce voulant dire à Dieu que lui seul peut combler notre attente.

De Modest Moussorgsky (1839-1881) Tableaux d’une exposition (Andante). Cette pièce nous donne une belle alternance de l’orgue et de la contrebasse ainsi que des passages où les 2 instruments jouent ensemble. 

De Gaston Litaize (1909-1991) Prélude Liturgique XI. Nous évoquons l’hommage rendu par Marie-Ange par cette pièce à Gaston Litaize, organiste de St François Xavier, et qui fut son professeur et celui de son époux et dont ils ont réalisé l'enregistrement de l’œuvre complète chez Bayard Musique. La pièce choisie est également très colorée.

De Gioachino Rossini (1792-1868) La Sérénade du Barbier de Séville jolie pièce de ce bel Opéra.

De Franz Liszt (1811-1886) Ave Maria d’Arcadelt (1504-1568). Les membres du "Chantier" connaissent bien cette pièce qui fait partie du répertoire de nos chants et discrètement certains d’entre nous accompagnons la jolie mélodie de notre chant, doucement, à voix basse, par respect pour les concertistes.

De Giovanni Bottesini (1821-1889) Rêverie. Cette jolie mélodie nous invite effectivement à la méditation selon son titre.

De Jean-Jacques Beauvarlet-Charpentier (1734-1794) Variations sur « O Filii ». Marie-Ange indique que le compositeur fut organiste à la cathédrale N-D de Paris. Cette pièce très enlevée manifestant la joie du terme Alléluia réunit l’orgue et la contrebasse dans un final plein de virtuosité.

Les applaudissements, chaleureux après chaque morceau, ont su exprimer à nos deux amies concertistes toute la joie que nous procurait leur beau concert. Dans le mot de remerciement que je leur décernais je soulignais le talent et la virtuosité de chacune, la sensibilité musicale qui était évidente dans leur belle interprétation, le joli choix des jeux de l’orgue par Marie-Ange donnant un bel éclat des sons, la belle sonorité de la contrebasse sous l’archet bien guidé par Claire, le choix des jolies pièces emplies de joie et de gaité, et la foi qui transparait dans les œuvres religieuses interprétées avec une grande expression, et le témoignage d’amitié qu’elles nous ont manifesté en nous donnant ce beau concert.

Puis au cours du moment de convivialité qui nous réunit tous dans la salle des Ainés nous avons eu le plaisir de parler avec nos deux concertistes et leur redire un grand merci.

Paul Roussel.


       

0 commentaire

Nom :
Texte du commentaire :
Recopiez ces lettres :
(Sécurité anti-spam)